Portail des Travaux Publics & des Réseaux

Qui sommes-nous !     Mentions légales      Contactez-nous
 
Inscription à notre lettre d'informations        Envoyez gratuitement vos communiqués        Evénements et Salons        Après - Evénements        Les sites Institutionnels   
 

Actualités par thème

 

 

Consultez

 

Application spécifique

 

Application spécifique

 

Application spécifique

https://www.web-tp.com/app-images/Location-foreuses.jpg

 

Consultez

 

Consultez

Dossiers techniques

 

Adhérents privilégiés

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

SCADEO

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Résultat de recherche d'images pour "intertas tesmec"
 
 
 
 
Risa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chemin des Faïsses

30260 Crespian

Tél. : 04 66 77 80 38

 
 
 
 
 
 
 

 

ACTUALITES GENERALES

Neuilly-sur-Marne : le maire invite le gendarme des télécoms à constater  les problèmes de connexion internetIntertas 08.06.22 : Alors que le rythme des déploiements FttH en France se maintient à un niveau inédit (au-delà de 5 millions de foyers et entreprises éligibles à la fibre optique pour la troisième année consécutive), de nombreux élus et citoyens déplorent les difficultés d’accès à une connexion de qualité.
Si le Plan France THD a changé la vie de nombreux Français grâce à la mobilisation exceptionnelle de notre filière industrielle, les difficultés de raccordement viennent entacher cette réussite. Face à ce constat, 28 collectivités représentant plus de 12 millions de Français ont signé le 4 avril dernier une tribune pour manifester leur insatisfaction. Parallèlement, le Gouvernement et l’Arcep ont saisi InfraNum le 13 avril dernier pour que la fédération soumette des pistes d’action afin de « renforcer et rendre effective la formation de l’ensemble des techniciens FttH qui interviennent sur les réseaux en fibre optique, y compris ceux qui interviennent dans le cadre d’un contrat de sous-traitance pour le raccordement ou l’exploitation ». En réponse à cette préoccupation majeure pour le secteur et à l’urgence d’apporter un service de qualité à nos concitoyens et aux entreprises, Philippe Le Grand, président d’InfraNum, a présenté le 1er juin lors du colloque de l’Avicca les propositions de la fédération, en présence notamment de Patrick Chaize, président de l’Avicca et de Laure de la Raudière, présidente de l’Arcep. Celles-ci s’organisent autour de trois grands principes : Cliqez-ici pour lire la suite
 
parc solaire albiIntertas 03.06.22 : Depuis deux mois, l’énergie produite par le parc solaire de Pousse-Pisse, situé au Séquestre, près d’Albi dans le Tarn, est vendue à des consommateurs voisins du parc solaire.
Il s’agit du dixième parc solaire de la coopérative d’intérêt collectif Enercoop Midi-Pyrénées. C’est aussi le premier dans le Tarn. D’une puissance de 250 kWc, il produit l’équivalent de la consommation de 250 personnes (hors chauffage et eau chaude sanitaire) : une installation adaptée au territoire, développée en lien avec les collectivités et des acteurs locaux. Ce parc solaire ne dénote pas par sa grandeur. Il est composé de deux rangés de panneaux solaires étalés sur quelque 5 000 m2. Mais il a la particularité de fonctionner en circuit court. Plus que jamais, l’actualité met en avant la nécessité de favoriser les circuits courts en matière d’énergie. La décentralisation et l’implication des territoires sont des conditions de réussite des projets d’énergie renouvelable. La communauté énergétique autour du parc solaire de Pousse-Pisse est un exemple de résilience. l’électricité produite est vendue directement par la coopérative à des consommateurs situés à moins de deux kilomètres de l’installation.
 
Intertas 02.06.22 : Le 1er juin 2022, Herve. Rasclard en ouverture du colloque TRIP de printemps de l'Avicca a présenté l’observatoire du THD 2022 du Très Haut Débit d’InfraNum, réalisé en partenariat avec l’Avicca et la Banque des Territoires.
Pour sa 10ème édition, l’Observatoire s'est attardé sur les grands enjeux de la filière, et notamment : La généralisation de la fibre est-elle vraiment à portée de main - comment assurer l’égalité d’accès à la fibre sur l’ensemble du territoire ? - Quel avenir au-delà des déploiements FttH en matière d’emploi ? - comment assurer la pérennité et l’exploitation durable des réseaux d’initiative publique ?
Les résultats de la première Vigie des territoires connectés et durables ont été également présentés. Cette enquête inédite, réalisée auprès d’un panel d’une centaine de collectivités de toute taille, a pour objectif de mieux cerner les attentes et les besoins des territoires au-delà des grandes métropoles précurseurs. La présentation de l’Observatoire a été suivie d’une table ronde réunissant Laure de La Raudiere Antoine DARODES patrick Chaize et Philippe Le Grand 
 
ArcepIntertas31.05.22 : (Communiqué) Fréquences : Pour prévoir le futur des réseaux mobiles et leur régulation, l’Arcep lance une grande consultation publique
Attentes de connectivité des utilisateurs, croissance et évolution des usages numériques, mutations technologiques et besoins en fréquences, nouveaux acteurs, attentes sociétales et exigence environnementale… tels sont les enjeux auxquels est confronté le secteur des réseaux mobiles. En tant que régulateur de ce secteur, l’Arcep entend être à l’écoute de ces évolutions pour les intégrer dans la poursuite de ses objectifs de régulation, et lance pour cela une consultation publique ouverte jusqu’au 23 septembre 2022.
Opérateurs, équipementiers, mais aussi associations, collectivités, entreprises, universitaires ou citoyens… sont invités à contribuer à tout ou partie de la consultation publique. Quatre entrées sont proposées dans la consultation publique : Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 30.05.22 : Avec plus de 200 installations de méthanisation en fonctionnement en 2020, la région Grand Est est la région qui présente le plus grand nombre d’installations en France. Afin de mieux connaitre les unités de méthanisation sur son territoire, l’ADEME Grand Est a mis en œuvre un programme d’observation de la méthanisation en Grand Est.
Ce travail a permis de dresser un panorama des installations de méthanisation existantes en région Grand Est en s’appuyant sur des enquêtes individuelles auprès des exploitants. L’ADEME Grand Est, la Région Grand Est ainsi que la DREAL ont travaillé de manière collaborative en s’appuyant sur le prestataire S3d Ingénierie pour mener à bien cette mission d’observation.
Les unités de méthanisation à la ferme et centralisées/territoriales ont été enquêtées en s’appuyant sur le logiciel SEAMETHA tandis que les installations de méthanisation industrielles et sur stations d’épuration des eaux urbaines ont été enquêtées en s’appuyant sur le logiciel SINOE. Les données portent sur l’année 2020. Cette synthèse présente les résultats pour les 175 unités de méthanisation ayant répondu à l’enquête, sur les 214 sites recensés en région, soit un taux de réponse de plus de 80%. Cliquez-ici pour consulter le document

Le raccordement des unités de méthanisation est un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux.

 
Intertas 28.05.22 :  "ASPIRATRICES-EXCAVATRICES.com" fait la promotion de son application sur les salons, en distribuant une brochure papier sous format "calepin de poche" qui vous permettra de prendre si besoin des notes pendant la visite des salons.
Vous recherchez une aspiratrice à louer ? Trouvez gratuitement en un clic une aspiratrice pour votre chantier ! Consultez les dates de disponibilités par département.
Vous voulez mettre votre aspiratrice en location ? Intégrez votre société à notre réseau dans un ou plusieurs départements, afin de recevoir des demandes de location.
L'application  "ASPIRATRICES-EXCAVATRICES.com" permet de mettre en contact directement le donneur d'ordre et le locatier (sans intermédiaire). Cliquez-ici pour consulter la brochure
 
Intertas 27.05.22 : La société PLUMETTAZ a organisé cette année, avec des partenaires, son workshop au salon FTTH Council Europe dédié aux bonnes pratiques de la pose de réseaux.
Dans cet atelier, les intervenants ont fait découvrir : Les méthodes de construction qui nécessitent moins de main-d'œuvre et des coûts réduits  - Les systèmes de conduits qui garantissent des mises à niveau futures sans creuser et sans permis Les approches de fibre soufflée qui offrent des installations de câbles plus longues et plus rapides - Les technologies de câbles optiques qui offrent des performances sans précédent. densité de fibre - Histoires de réussite réelles d'entrepreneurs civils pionniers.
Les intervenants au workshop : Vitor Gonçalves, directeur principal du développement commercial, Plumettaz - Matthew Guinan, directeur mondial du marketing des applications, Dura-Line - Ralph Sutehall, ingénieur principal d'installation et d'applications, Prysmian - Thomas Caucigh, PDG, Bautechnik Solutions GmbH  - Thirion Remy, Responsable du Service Etudes, Sogetrel  - Marilyne Cerdan, Responsable des Opérations, Sogetrel. Etaient présent aussi au salon FTTH Council Europe avec Benoit Moisson, Giovanni Lovadina, Directeur générale de Groupe Marais et Vincent Cochard, Directeur des opérations et de la location Marais pour le monde.
 
telepherique nice saint laurent du varIntertas 25.05.22 : Téléphérique Nice - Saint-Laurent du Var : nouvelle étape dans le projet. L’avis d’appel public à la concurrence pour la conception, la réalisation et la maintenance de ce nouveau moyen de transport décarboné a été publié par la Métropole Nice Côte d’Azur.
La Métropole Nice Côte d’Azur, dans le cadre de sa politique de mobilité durable, met tout en œuvre pour désengorger la circulation de nombreux secteurs et aider les habitants dans leurs trajets quotidiens. Aucune offre de transport n’est écartée. C’est ainsi, qu’après études, la Métropole souhaite créer une ligne téléphérique reliant Nice à Saint-Laurent-du-Var, en continuité de la ligne 2 de tramway. Par rapport à une prolongation de la ligne 2 de tramway, le téléphérique permet de franchir le Var sans réaliser de viaduc et donc sans impacter la biodiversité et les ressources naturelles du fleuve et de ses alentours. Le transport aérien n’impacte, en effet, que très faiblement le sol et ne nécessite la construction que de deux pylônes et de deux stations.
Cette liaison, longue d’environ 800 mètres, permettra le franchissement du fleuve Var avec une station de départ côté Nice positionnée près de la station Cadam de la ligne T2 et une station d’arrivée à Saint-Laurent-du-Var située au sud de la Mairie de la commune, au niveau des parkings le long de la RD95. Afin de faciliter l’intermodalité, un parc-relais sera créé à Saint-Laurent-du-Var. Cliquez-ici pour en savoir plus
 

Dossier sur la méthanisation : un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux.

Méthaniseur dans les Hauts-de-FranceIntertas 24.05.22 : La France s'est fixée l'objectif de 10% de gaz renouvelable, biométhane, gaz vert, dans nos réseaux d'ici 2030. Les unités de méthanisation ont doublé en trois ans, encouragées par l'État. Mais quel impact sur l'environnement ?
Comment réduire notre dépendance au gaz russe tout en diminuant notre empreinte carbone ? 
La France s'est fixée l'objectif de 10% de gaz renouvelable d'ici huit ans. Pour les agriculteurs, cela permet de diversifier leurs revenus et, à leurs yeux, de participer à la transition écologique. Mais quid des conséquences environnementales ? Quelles peuvent être les inconvénients d'une telle production à grande échelle ? Cliquez-ici pour lire le reportage près de Laon dans les Hauts-de-France.
 
https://static.actu.fr/uploads/2021/08/744ad683a2016484ad683a201fb4adv-960x640.jpgIntertas 22.05.22 : Saisie par le Conseil d’Etat à l’initiative de France Nature Environnement, la Cour de justice de l’Union européenne donne raison à l'association. "les impacts temporaires sur la qualité des eaux de surface d’un projet doivent aussi être pris en compte"
Contre les dispositions d’un décret du 4 octobre 2018, la juridiction européenne confirme, dans une décision du 5 mai 2022, que les impacts temporaires « de courte durée et sans conséquences de long terme » sur la qualité des eaux de surface doivent être pris en compte, lors de l’autorisation d’un projet ou d’un programme, dès lors que celui-ci est de nature à entraîner une détérioration de l’état de la masse d’eau concernée.  Pour rappel ce décret du 4 octobre 2018 précise que les « impacts temporaires de courte durée et sans conséquences de long terme » d’un projet ou programme ne sont pas pris en compte pour apprécier la compatibilité de ces derniers avec l’objectif de non détérioration de l’état d’une masse d’eau.
Concrètement, cette disposition permet à de tels programmes ou projets d’être autorisés malgré l’interdiction de détérioration prévue par l’article 4 de la directive-cadre sur l’eau (DCE). Ce dernier prévoit une procédure très stricte pour autoriser, à titre dérogatoire, de tels programmes ou projets. Et ce droit visant à protéger la qualité de nos eaux ne doit pas être détourné de façon injustifiée.
Pour Benjamin Hogommat juriste à France Nature Environnement : « Ce décret est dangereux pour la qualité des masses d’eau car il ne fixe aucun garde-fou pour garantir l’absence de détérioration des eaux suite à des impacts présentés comme « temporaires ». Certains projets dont la phase chantier génère de forts impacts sur les eaux pourraient être autorisés de façon bien plus permissive à cause d’un tel décret, sans aucune mesure de compensation plus précoce par exemple. » L’affaire est maintenant renvoyée devant le Conseil d’État, qui ne pourra que faire sienne cette interprétation de la directive et annuler le décret contesté.
 
Intertas 20.05.22 : L’application gratuite développée par Enedis "Ligne Alerte", permet d’être averti en temps réel de la proximité d’une ligne électrique aérienne. Elle a comme objectif de prévenir les accidents. Conçue initialement pour les agriculteurs, elle s’avère utile à tous, particuliers comme professionnels.
L'application mobile "Ligne Alerte" utilise le GPS intégré au smartphone pour géolocaliser son utilisateur par rapport au réseau électrique. Ligne Alerte déclenche alors une alerte vibratoire, sonore et/ou lumineuse lorsque l’utilisateur s’approche des lignes électriques exploitées par Enedis dans un rayon de 150 m. Plus l’utilisateur se rapproche de la ligne,Disponible sur Google Play pluDisponible sur App Stores l’alerte s’intensifie : alerte vocale, vibratoire, et lumineuse. Ligne Alerte permet également d’accéder à une vue satellite, une vue routière et une vision hybride de la localisation de l’utilisateur. Un réel avantage pour connaître précisément la distance entre son engin agricole, son chantier ou son lieu de pêche et la ligne aérienne la plus proche. Télécharger l’application   

Intertas 20.05.22 : La France est bien souvent prise en référence en Europe et dans le monde pour le déploiement des réseaux en fibre optique. Cette fois à Vienne (Autriche), la société Marais du Groupe Tesmec démontre une nouvelle fois sa mobilité, ses connaissances des chantiers et surtout son savoir-faire historique.
Sur un chantier au centre de la ville de Vienne (Autriche), étaient utilisés le nouveau radar "Explorer 2.0" de détection (GPR) pour détecter et géolocaliser les réseaux souterrains (le radar "Explorer 2.0" a été développé par Tesmec pour maximiser la productivité sur le terrain) ainsi qu'une trancheuse Side cut avec un équipement "roue R350" du constructeur Marais pour réaliser les micro-tranchées de 38 mm de large et 350 mm de profondeur.
Benoit Moisson le directeur des ventes de Marais, présent sur le chantier n'aura pas beaucoup de trajet à faire pour rejoindre le salon FTTH Council Europe , qui se tiendra cette année du 23 au 25 mai 2022 à Vienne (Autriche).
Lundi 23 mai 2022, Marais, Groupe Tesmec organise cette année, avec des partenaires, son workshop dédié aux bonnes pratiques de la pose de réseaux. Dans cet atelier, vous découvrirez : Les méthodes de construction qui nécessitent moins de main-d'œuvre et des cFTTHoûts réduits  - Les systèmes de conduits qui garantissent des mises à niveau futures sans creuser et sans permis Les approches de fibre soufflée qui offrent des installations de câbles plus longues et plus rapides - Les technologies de câbles optiques qui offrent des performances sans précédent. densité de fibre - Histoires de réussite réelles d'entrepreneurs civils pionniers.
Les intervenants : Vitor Gonçalves, directeur principal du développement commercial, Plumettaz - Matthew Guinan, directeur mondial du marketing des applications, Dura-Line - Ralph Sutehall, ingénieur principal d'installation et d'applications, Prysmian - Thomas Caucigh, PDG, Bautechnik Solutions GmbH  - Thirion Remy, Responsable du Service Etudes, Sogetrel  - Marilyne Cerdan, Responsable des Opérations, Sogetrel. Seront présent aussi au salon FTTH Council Europe avec Benoit Moisson, Giovanni Lovadina, Directeur générale de Groupe Marais et Vincent Cochard, Directeur des opérations et de la location Marais pour le monde.
 
Intertas 19.05.22 : Concevoir et exploiter des infrastructures énergétiques à l’empreinte environnementale toujours plus exemplaire fait partie des enjeux de GRTgaz. L’installation Tenore est un exemple concret qui explore un moyen de récupérer l’énergie dite de « détente ».
Transporté à des pressions élevées, le gaz doit être détendu avant d’être livré : la pression est abaissée à l’aide de vannes. Une énergie de pression est alors libérée. Le projet Tenore, soutenu par l’Ademe, va permettre de tester la récupération et la valorisation de cette énergie. Il repose sur un démonstrateur construit par GRTgaz à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), qui sera mis en service en 2022. Ce site pilote est équipé d’une turbine de détente conçue par Enertime, une PME innovante installée à Courbevoie (Hauts-de-Seine). En entraînant une génératrice, la turbine pourra produire et injecter dans le réseau 17 GWh d’électricité par an, soit la consommation annuelle de 3 500 foyers. L’utilisation de la turbine accentuant le froid généré par la détente de gaz, deux systèmes de réchauffement ont été intégrés au démonstrateur : une cogénération produisant à la fois de l’électricité et de la chaleur et un raccordement au réseau de chaleur urbain des communes de Villiers-le-Bel et Gonesse. Tenore fait ainsi jouer les synergies entre les réseaux de gaz, d’électricité et de chaleur. Il s’inscrit pleinement dans les objectifs de GRTgaz d’agir pour la transition énergétique et d’explorer de nouveaux champs d’action pour atteindre la neutralité carbone.
 
Intertas 18.05.22 : SYTRAL Mobilité annonce un nouveau projet de tramway express pour l'ouest lyonnais. Cette ligne express offrira un haut niveau de service en alliant la rapidité du métro grâce à sa portion souterraine et l’insertion fine du tramway en surface. Les nombreuses correspondances offertes à Perrache (TER, métro A, Tram T1/T2) et Jean Macé (TER, métro B, tram T2) favoriseront l’intermodalité et offriront aux usagers une desserte efficace sur l'ensemble de la Métropole. Cliquez pour en savoir plus
 
Bordeaux accueille la plus grande centrale photovoltaïque en milieu urbain d'Europe. JPeeIntertas 18.05.22 : La plus grande centrale solaire en milieu urbain d'Europe a été inaugurée à Bordeaux dans le quartier de Bordeaux Lac.
Le site se trouve avenue de Labarde et s'étend le long de la Garonne sur 60 hectares, Composé de 135 000 panneaux solaires, il peut produire l’équivalent de la consommation annuelle, hors chauffage, de 70.000 personnes. 
Pour impacter le moins possible l'environnement et la biodiversité, le producteur d'énergie renouvelable français et indépendant JP Energie Environnement basé originellement à Caen, essaie au maximum d'installer ses projets en éolien et solaire sur des terrains inutilisés comme des anciennes carrières ou décharges. C'est le cas de la centrale du parc de Labarde, construite sur l’ancienne décharge de Bordeaux Métropole. Le terrain a été réhabilité entre 2004 et 2009 à l’aide notamment d’une membrane végétale et isolante pour imperméabiliser le sol. Aucune construction n’y a été autorisée jusqu'en 2015, date à laquelle JP Energie Environnement conclut un accord avec Bordeaux Métropole. Le permis de construire a été délivré en 2018 et les travaux ont commencé peu de temps après. Le coût total du chantier s'est élevé à 60 millions d'euros réparti entre 48 millions d’euros d'emprunt et 12 millions d’euros de fonds propres de l'entreprise. Le site appartient toujours à la ville de Bordeaux, avec un contrat d'autorisation d'occupation temporaire de 35 ans, soit la durée de vie des panneaux solaires. Au bout de 35 ans,soit on démonte la centrale, soit on repart sur un nouveau projet, explique le directeur général de JPee, Xavier Nass, Les panneaux seront, eux, recyclés à 90 % puisque c’est principalement du verre et des matériaux semi-conducteurs.
 
Une cabine du plus long téléphérique urbain de France, à Toulouse, avec, en arrière-plan, l’Institut universitaire du cancer Oncopole, le 14 mai 2022.Intertas 14.05.22 : A Toulouse, le plus long téléphérique urbain de France a été inauguré le vendredi 13 mai 2022, par les représentants des collectivités qui l’ont financé (mairie, région, Etat, Union européenne). D’un coût global de 83 millions d’euros, auxquels il faut rajouter 2 millions d’euros annuels de maintenance.
Le téléphérique compte une quinzaine de cabines qui relient désormais l’université Paul-Sabatier à l’Institut universitaire du cancer Oncopole, via le centre hospitalier universitaire de Rangueil. Un voyage de dix minutes environ au sud de la ville, sur une distance de trois kilomètres.
La prouesse technologique a été confiée à la société POMA, spécialiste du transport par câble, accompagnée par Bouygues. Les cabines, qui peuvent emporter une trentaine de passagers, ont été imaginées par un designer italien spécialiste de l’automobile, Paolo Pininfarina. (Photo de lionel Bonaventure : en arrière-plan, l’Institut universitaire du cancer Oncopole)
 
Intertas 13.05.22 : Thibault NICOLLET, le président du Groupe NAT fait parti des 100 leaders économiques de demain (moins de 40 ans) dans les Hauts-de-France.
En partenariat avec Le Courrier Picard et l’institut Choiseul, La Voix du Nord publie pour la 2ème fois le classement des 100 leaders économiques de demain (moins de 40 ans) dans les Hauts-de-France. Suite à ce classement, nous avons enfin reçu, la réponse de Thibault NICOLLET, sur l’impact de cette distinction.  
J’ai pris un peu de temps pour partager cette nouvelle afin de bien prendre la mesure de l’impact de cette distinction et aussi pour continuer de profiter des quelques jours que je m’étais octroyé en compagnie de personnes si importantes à mes yeux.
Faire partie des dirigeants de moins de 40 ans n’a jamais été mon ambition première mais c’est une véritable récompens
e du travail et des abnégations réalisés. Un grand merci aux équipes de Institut Choiseul et à La Voix du Nord pour la considération qu’ils me portent.
La vie d’un entrepreneur n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Depuis la création de l’entreprise, j’ai traversé des périodes de doutes, de difficultés, d’interrogations… mais les périodes de joie, de réussites et de partages ont été pour moi la plus belle des récompenses.
J’ai su accompagner le développement de l’entreprise, en restant fidèle à mes convictions, en toutes circonstances. Mes choix ont toujours été, et seront toujours, portés par l’intérêt du collectif et la considération humaine, et non par des considérations économiques ou individuelles. Je préfère changer de direction que d’aller dans une qui ne me ressemblerait pas. 
Je ne fais pas de compromis sur ce qui m’anime. Je veux parler vrai et ne pas dire aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre. Au quotidien, je m’inspire de toutes les personnes que je rencontre. J’essaye de prendre le meilleur de chacun pour progresser et construire, humblement, à mon niveau, une société qui correspond à ce que je suis. Cela prend du temps. Aujourd’hui, je me sens bien, serein et confiant pour l’avenir. Je sais que je peux compter sur de nombreuses personnes. Chez Groupe NAT , je suis fier de côtoyer de nombreux talents qui partagent mes valeurs. De plus, je sais que j’ai beaucoup de chance d’être accompagné par un réseau professionnel et un cercle privé très restreint bienveillants et qui m’apportent énormément. Merci à toutes et à tous.
 
Intertas 12.05.22 : La FNCCR vient de publier avec le cabinet d'avocats INLO un guide pratique destiné aux collectivités souhaitant rénover leur éclairage public et l’inscrire dans une démarche de transition énergétique grâce aux nouvelles technologies de pilotage "intelligent".
Dernier né dans la collection des « cahiers de la FNCCR », le nouveau guide pratique de l’éclairage intelligent est destiné aux collectivités souhaitant rénover leur éclairage public et l’inscrire dans une démarche de transition énergétique grâce aux nouvelles technologies de pilotage. Ce guide aborde à la fois les notions techniques pouvant être mises en œuvre ainsi que la dimension juridique des marchés publics et de la responsabilité des maîtres d’ouvrage.
En outre, la révolution numérique de l’éclairage public entraine de nouvelles responsabilités en matière de protection des données et de cybersécurité, qui doivent impérativement être appréhendées par les porteurs de projets. Ce guide en libre accès constitue dès lors un excellent (à retirer car ce n’est pas à nous de le dire mais aux collectivités) référentiel pour les collectivités adhérentes à la FNCCR et l’ensemble des acteurs publics. Cliquez-ici pour lire la suite et consulter le guide pratique
 
Intertas 11.05.22 : Gestionnaire du plus grand réseau de distribution d’électricité d’Europe, qui s’étend sur 95 % du territoire français, Enedis pilote, développe et modernise le réseau électrique pour garantir à tous ses clients une alimentation électrique de qualité. Un défi majeur pour Enedis : faire du réseau de distribution d’électricité un réseau solide, durable, fiable et performant. Cliquez-ici pour en savoir plus sur la Nouvelle France Électrique 2022
 
armement 1500 V et 25kVIntertas 10.05.22 : La base d'Oc'Via Maintenance, dédiée au contournement ferroviaire Nîmes Montpellier, a inauguré le 05 mai 2022 un nouvel espace de formation CampusFER à Nîmes.
Cette plateforme de formation ferroviaire, qui ambitionne de pallier un déficit sur l’arc méditerranéen, veut contribuer à répondre aux besoins en compétences futurs dans le secteur ferroviaire en France. La base Oc'Via Maintenance (43 salariés), en charge de la maintenance et l'entretien du contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier jusqu'en 2037. Oc'via Maintenance met à la disposition de CampusFER, organisme de formation ferroviaire agréé, une plateforme de formation pédagogique innovante. Ces outils permettront à CampusFER de dispenser des formations habilitantes aux entreprises de l'industrie ferroviaire, ainsi qu'aux personnels extérieurs souhaitant se former à ces métiers d'avenir. «Nous avons à disposition tout le matériel utile à disposition (installations fixes, signalisation/voie/télécom/caténaire) ainsi que les experts d'Oc'via Maintenance pour fournir des formations de qualité et reconnues», résume lors de l'inauguration Michel Cardinal, responsable de CampusFER, organisme de formation ferroviaire agréé, dont le siège social est à Grenay, dans le Pas-de-Calais. Objectif : former aux métiers du ferroviaire les collaborateurs fraîchement recrutés et plus largement, ouvrir le campus à des jeunes étudiants, des demandeurs d'emploi ou employés déjà en poste.
 
Intertas 09.05.22 : EIffage, au travers de sa filiale Eiffage Énergie Systèmes, a conclu un accord en vue d’acquérir 70 % de Snef Telecom.
Filiale de Snef et acteur national de référence sur le marché français des télécommunications mobiles, Snef Telecom a réalisé un chiffre d’affaires de près de 200 millions d’euros en 2021, avec environ 1 000 collaborateurs répartis sur tout le territoire. Cette acquisition permet à Eiffage Énergie Systèmes d’entrer dans le marché à forte croissance des télécommunications mobiles, porté par le développement des technologies 5G. Elle vient compléter l’offre et les expertises d’Eiffage Énergie Systèmes auprès des acteurs de l’industrie et du tertiaire. La réalisation de cette acquisition devrait intervenir au cours du 2e semestre 2022, sous réserve des conditions suspensives et réglementaires usuelles
 
Probtp.comIntertas 06.05.22 : Pro BTP, le groupe de protection sociale du bâtiment et des travaux publics affiche un chiffre d'affaires en hausse de 8,8% en 2021.
Pour 2021, le chiffre d’affaires de la Sgaps BTP, qui regroupe toutes les activités assurance et épargne du groupe de protection sociale Pro BTP - affiche une progression de +8,8% par rapport à l’exercice précédent (à 3,207 Md€). Soit le volume d’activité le plus haut depuis la création de la Sgaps en 2016. La croissance du groupe a notamment été soutenue par l’assurance santé, avec un chiffre d’affaires de 1,717 Md€ (+12,5%). Au sein du groupe, les activités de l’institution BTP-Prévoyance ont également progressé : leur contribution au chiffre d’affaires a atteint 2,747 Md€ (+10,9% par rapport à 2020). L’année 2021 a d’ailleurs vu Pro BTP franchir, pour la première fois de son histoire,  la barre des 3 millions de bénéficiaires en complémentaire santé (+3%). Pour expliquer ce dynamisme, le groupe met en avant « la dynamisme du BTP, avec une croissance de l’emploi salarié en 2021 de +3,1 % en moyenne annuelle et des performances commerciales au-delà de la croissance du marché, avec une progression du nombre de salariés couverts en santé collective de +3,8%. Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
Intertas 05.05.22 : Le projet MAGEO (mise au gabarit européen de l’Oise entre Compiègne et Creil), dont la maitrise d’ouvrage est assurée par Voies navigables de France (VNF), a été déclaré d’utilité publique par la Préfecture de l’Oise le 22 avril 2022.
Une étape cruciale pour ce projet d’aménagement de la rivière, (qui traversera 22 communes dans le département de l’Oise) pour permettre le passage de bateaux au gabarit européen de 180 mètres de long et 11,40 mètres de large) transportant jusqu’à 4 400 tonnes de marchandises.
Cette décision suit l’avis favorable donné par la commission d’enquête en juillet 2021, suite à l’enquête publique. Pour VNF, c’est une nouvelle étape décisive dans la concrétisation de ce projet structurant qui s’inscrit dans le cadre de la réalisation de la liaison Seine-Escaut et du futur canal Seine-Nord Europe. Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
Avis défavorable pour le prolongement de la ligne 1 du métro jusqu'à  FontenayIntertas 04.05.22 : La commission d'enquête sur le prolongement de la ligne 1 du métro parisien a émis un avis défavorable sur la connexion entre la ville de Vincennes et Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne, a indiqué la préfecture.
La commission, désignée par le tribunal administratif de Melun et qui a rendu son rapport début mai à la préfecture du Val-de-Marne, considère que si l'objectif «présente bien un caractère d'intérêt général, la balance avantages/inconvénients de l'ensemble des critères penche incontestablement du côté des inconvénients que générerait un tel projet». Le projet consiste en la création d'un tunnel long de 5 km environ, de trois nouvelles stations (Les Rigollots, Grands Pêchers et Val-de-Fontenay), d'un centre de dépannage des trains en arrière-gare sur la commune de Neuilly-Plaisance. L'objectif est de désenclaver plusieurs quartiers de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne et réduire ainsi le bilan carbone de leurs habitants. La commission estime que le projet est à la fois trop onéreux (1,4 milliard d'euros), que les travaux ont déjà pris du retard, qu'il porte atteinte à l'environnement. Elle pointe aussi le risque d'inondation lié à la proximité d'une nappe phréatique. Les villes qui seraient desservies par ce projet sont déjà connectées avec les RER A et E, et à terme avec la ligne 15 Est et le prolongement du tramway T1.
 
https://static.actu.fr/uploads/2021/07/lgv-illustration-adobestock.jpgIntertas 30.04.22 : Deux recours réclamant l'annulation du plan de financement du projet de ligne à grande vitesse (LGV) dans le Sud-Ouest ont été déposés par un groupe d'élus et un collectif d'associations locales, ont annoncé les requérants.
Ce projet ferroviaire prévoit la construction de deux tronçons à grande vitesse au sud de Bordeaux devant faire gagner une heure de trajet vers Toulouse et 20 minutes vers Dax, pour un coût estimé à 14,3 milliards d'euros - financé à 40% par l'État, 40% par des collectivités locales d'Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine et 20% par l'Union européenne. Cette annulation a été également demandée devant la même juridiction dans un recours distinct par un groupe de 81 élus de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie, ont annoncé les élus dans un communiqué jeudi. "Le plan de financement est sévèrement faussé par des approximations qui confinent à l'insincérité et (...) son élaboration s'est accompagnée de procédures abusives qui ont empêché les élus de délibérer sereinement", dénoncent les élus signataires, parmi lesquels le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic.
 
Intertas 29.04.22 : La Sodevam, le Syndicat E Log'in 4 et le groupe H2V ont signé  dans les locaux de l’agglomération de Thionville, la promesse de vente d'une ancienne friche industrielle de 31 hectares, qui accueillera 4 unités de 100 MW dédiées à la production d’hydrogène vert par électrolyse.
Ce site de production sera opérationnel à horizon 2026, il sera intégralement dédié à la mobilité.  Il servira à alimenter un réseau d’une vingtaine de stations hydrogène réparties dans un rayon de 300 kilomètres sur le territoire de la région Grand Est. Tous types de véhicules à hydrogène pourront s’y ravitailler. Des bus, des bennes à ordures mais aussi des poids lourds que devrait exploiter Malherbe, transporteur filiale de SAMFI INVEST, groupe propriétaire de H2V. Ce site de production  permettra la création de 120 emplois directs.
 
Intertas 28.04.22 : En Dordogne, si huit méthaniseurs produisent déjà du gaz à partir de lisier pour une utilisation locale dans certaines exploitations agricoles, Saint-Antoine de Breuilh accueille le premier méthaniseur alimentant le réseau gaz de ville.
Le premier méthaniseur alimentant le réseau gaz de ville en Dordogne, fonctionne à partir de 17 000 tonnes de matières premières collectées dans un rayon n'excédant pas une heure de camion du site. Essentiellement les résidus de raisin issus des exploitations viticoles, des déchets de papeterie venus de Lalinde, et des résidus gras alimentaires. Autant de produits qui, digérés par des bactéries anaérobies (privées d'oxygène), comme dans un estomac de bovin, se transforme d'une part en méthane et d'autre part en résidu inerte utilisable comme fertilisant agricole. De ces 17 000 tonnes, on extrait de quoi alimenter 1 800 foyers en gaz pendant un an. Des chiffres modestes pour atteindre l'autonomie énergétique, mais les potentiels sont énormes et encore inutilisés. CVE estime que l'on pourrait produire 30 à 40% des besoins en gaz européens avec une méthanisation généralisée. Une demi-douzaine de projets similaires sont déjà à l'étude en Dordogne, et d'ici 2023, on pourrait compter une quinzaine de méthaniseurs publics ou privés dans le département.
 
15 millions de poteaux supportent les bons vieux fils du téléphone, mais aussi le nouveau réseau de fibre optique.Intertas 26.04.22 : Selon le journal Les Echos, l'opérateur Orange pourrait céder tout ou partie de son génie civil en France à une société d'infrastructure dédiée.
C'est un dossier encore top secret, mais il a déjà son nom de code : le projet Carignan. Depuis plusieurs semaines, Orange l'étudie activement, tout comme l'Arcep, le régulateur des télécoms, et la Banque des Territoires, la branche de la Caisse des Dépôts dédiée aux collectivités locales. L'ensemble pourrait valoir jusqu'à 8 milliards d'euros car  l'actif est considérable. Orange possède 15 millions de poteaux et 734.000 km de conduites souterraines dans l'Hexagone. Les bons vieux fils du téléphone y passent depuis le siècle dernier; les câbles de fibre optique depuis une dizaine d'années. Cet actif unique - largement hérité de France Télécom - est loué aux autres opérateurs à des tarifs régulés par l'Arcep. Il faut compter environ 3 euros par mois pour une ligne de cuivre - et bien moins pour un câble de fibre optique, mais les prix doivent converger à mesure que les abonnés ADSL
 
Intertas 23.04.22 : Le CEA de Grenoble et GRDF s’associent dans le développement de solutions innovantes pour optimiser la production de gaz renouvelables.
L’organisme de recherche et le principal distributeur de gaz en France s’associent dans le cadre d’un partenariat stratégique établi pour cinq ans. Ils ont pour ambition de développer des solutions innovantes afin d’optimiser la production de gaz 100 % renouvelables. Au-delà des enjeux de transition écologique, ce premier échange de compétences entre les équipes gazières et les chercheurs du CEA permettra également de penser le réseau de gaz de demain. GRDF est convaincu du rôle essentiel des gaz renouvelables dans un mix énergétique équilibré et de plus en plus décarboné. L’entreprise poursuit son ambition d’accélérer le verdissement du gaz distribué en France pour atteindre les objectifs de neutralité carbone d’ici 2050. La collaboration entre le CEA et GRDF vise à associer leurs recherches sur des solutions innovantes et complémentaires de production de gaz vert. Dans le cadre de cet accord, des travaux seront réalisés pour optimiser la production de gaz vert issu de la biomasse et multiplier les intrants possibles (biomasse sèche et humide). Au programme de ce volet gaz verts, la gazéification hydrothermale, qui permet de transformer la biomasse liquide en gaz renouvelable injectable dans les réseaux gaziers, la bio-méthanation et l’optimisation des coûts de production de gaz renouvelables. Les partenaires s’intéresseront également à la capture et la valorisation du CO2 biogénique alors même que les gaz renouvelables présentent un bilan carbone quasi neutre. Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 20.04.22 : En raison des tensions géopolitiques actuelles avec la Russie, qui mettent en péril la sécurité d’approvisionnement de l’Europe, les sites de stockage souterrain de gaz naturel voient encore croître leur importance stratégique.
La France est l’un des pays du continent les mieux dotés en stockage du gaz naturel. Le stockage est géré par deux acteurs principaux qui ont pour missions principales d’assurer la sécurité d’approvisionnement, notamment durant les périodes de forte sollicitation comme l’hiver et de contribuer au bon fonctionnement du marché du gaz naturel.
Storengy, filiale d’ENGIE, est le premier opérateur de stockage de gaz naturel en Europe. Il comprend 14 sites en France : 9 en nappe aquifère, 4 en cavités salines et 1 en gisement déplété. Storengy, présent dans l’Hexagone depuis presque 60 ans, est aussi le 2ème producteur de biométhane en France.
Terega, important gestionnaire de réseau de transport et de stockage de gaz, dirige 2 sites souterrains (nappe aquifère et réservoirs déplétés). Ces deux sites représentent près de 25 % des capacités de stockage du territoire français. Ils sont situés à proximité des principaux échanges gaziers sud-européens.
Le gaz naturel peut être stocké de différentes manières.
Le stockage sous forme de nappe aquifère, en souterrain, consiste à reconstituer ce qui existe dans la nature. Ainsi, le gaz sous pression est infiltré dans des cavités souterraines, qui sont en général poreuses et contiennent de l’eau. Cette solution remplit les espaces occupés par l’eau et la remplace sans modifier l'architecture souterraine. La structure rocheuse, similaire à un dôme, devient alors un réservoir naturel. Étanche, elle est recouverte de blocs minéraux imperméables.
Les cavités salines sont des anfractuosités formées dans les couches épaisses de sel gemme. Ces cavernes souterraines et artificielles sont créées grâce à des injections d’eau. Cette technique permet de faire fondre progressivement le sel, qui est récupéré sous forme de saumure. Le gaz infiltré et stocké à l’état gazeux à une pression élevée vient alors occuper la place libérée. Les cavités salines, imperméables et non poreuses, garantissent un captage instantané. Elles permettent de mieux faire face aux pics de la demande et d’assurer la pérennité du gaz naturel emmagasiné.
Les gisements déplétés sont des gisements de gaz naturel ou de pétrole épuisés et donc plus exploités. Les gisements déplétés ou épuisés peuvent être transformés et utilisés en espaces de stockage souterrains. Semblables aux solutions en nappe aquifère, ce type de solution permet l’injection de gaz naturel dans la structure géologique.
 
Intertas 14.04.22 : Teréga, premier opérateur indépendant français d’infrastructures gazières implanté dans le Grand Sud-Ouest, enregistre ces derniers jours des flux records en entrée de gaz depuis l'Espagne.
Implantée dans 15 départements du Grand Sud-Ouest, Teréga occupe une position stratégique dans les territoires et au sein de l’Europe. Son réseau, au maillage local dense et interconnecté avec les réseaux étrangers, joue un rôle primordial dans la réponse aux défis énergétiques français et européens. Si le réseau de Teréga permettait historiquement le transit du gaz norvégien pour alimenter l’Espagne ou le Portugal, la situation exceptionnelle et les tensions énergétiques liées à la guerre en Ukraine ont transformé et renforcé ces dernières semaines le rôle des infrastructures gazières. Le point d’interconnexion Pirineos, opéré par Teréga, enregistre, en ce moment, d’importants flux Sud-Nord de plus de 200 GWh/j en moyenne ainsi que des pointes s’approchant de 220 GWh/j pour un maximum possible de 225 GWh/j. Cliquez-ici pour lire la suite du communiqué
 
Intertas 13.04.22 : La filière des infrastructures numériques  se dote de son premier catalogue internationale, pour mobiliser son développement et pour séduire à l’export.
Identifié depuis plusieurs années comme un puissant relais de croissance, l’export est aujourd’hui au cœur des enjeux de développement pour toute la filière industrielle française des infrastructures numériques. Avec le soutien de l’État, celle-ci se dote de son premier catalogue international, outil essentiel présentant les savoir-faire des entreprises de la filière. Cette publication a vocation à être diffusée largement auprès du réseau diplomatique français, et des pays européens et africains, à commencer par l’Allemagne, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Ghana et le Nigeria afin de développer des partenariats industriels dans une logique de coopération étroite et durable à la hauteur des enjeux pour ces infrastructures stratégiques. Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
Intertas 12.04.22 : Evergaz, acteur français de référence dans le secteur du biogaz, poursuit son développement en France avec Dual Prémery, une unité de méthanisation innovante située dans la Nièvre (58).
L’essor d’Evergaz en France Après avoir annoncé en novembre 2021 l’acquisition du groupe allemand C4 et la gestion de 10 nouvelles centrales biogaz en Allemagne, Evergaz poursuit son développement en France avec le démarrage opérationnel de Dual Prémery, une unité de méthanisation située en région Bourgogne Franche-Comté, qui a injecté le 1er avril 2022 ses premiers mètres cubes de biométhane dans le réseau GRDF. Evergaz est actionnaire du site à hauteur de 30%, en partenariat avec Meridiam, aux côtés du groupe DualMetha1, actionnaire historique du projet. A travers ce projet de méthanisation territoriale, Evergaz réaffirme sa volonté de se développer en France et renforce son maillage territorial, tout en diversifiant son portefeuille sur le plan technologique. Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
Mareuil-lès-Meaux (Seine-et-marne) reverse flow unity - Photo: Luc MaréchauxIntertas 11.04.22 : Déploiement des rebours : une dynamique positive Aujourd’hui, il existe une dizaine de points d’entrée du gaz en France. Demain, ils seront plusieurs centaines, notamment avec le raccordement d’unités de méthanisation.
Les rebours sont essentiels pour pouvoir accueillir les gaz renouvelables, produit par la méthanisation, dans le réseau de transport. Aujourd’hui, le portefeuille de projets de rebours s’agrandit avec l’officialisation de 9 projets supplémentaires par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).
Cliquez-ici pour consulter l'nnterview de Fabien Lafitte, Directeur du programme biométhane et de Jean-Marc Le Gall, Directeur du projet biométhane à GRTgaz.

La méthanisation : un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux. Pour en savoir plus !

 
https://img.lamontagne.fr/irjisyOgBi8GUk_V006HJ1hycBJkKWrB5JSTKVr42aw/fit/657/438/sm/0/bG9jYWw6Ly8vMDAvMDAvMDUvNjQvNDEvMjAwMDAwNTY0NDE3OA.jpgIntertas 08.04.22 : Le Conseil d'Etat a annulé un projet de parc éolien dans le parc naturel régional du Haut Languedoc. Cette décision affine le contentieux florissant des dérogations à l’interdiction de destruction des espèces protégées et de leurs habitats.
Le Conseil d'Etat a retoqué un arrêté préfectoral qui autorisait la destruction d'espèces protégées à Ferrières Poussarou pour la construction de 10 éoliennes. La juridiction a considéré que l'intérêt public de la construction de ces 10 éoliennes n'était pas assez important pour justifier la destruction de ces espèces. Cliquez-ici pour lire la décision du Conseil d'Etat
 
AccueilIntertas 07.04.22 : (Communiqué) Dans un décret du 5 avril 2022 publié mercredi 6 au Journal officiel, sont précisées les modalités d'octroi de l'aide promise par le Premier ministre aux entreprises de Travaux publics (l'enveloppe globale est de 80 M€).
La guerre en Ukraine a des conséquences économiques sur l’activité des entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), dues notamment à l’importante volatilité du prix des matériaux de construction et au niveau élevé des prix des carburants. Plusieurs mesures sont annoncées et sont en cours de mise en œuvre pour accompagner les entreprises du secteur, qui emploie moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires annuel n'excède pas 50 millions d'euros ou dont le total de bilan n'excède pas 43 millions d'euros.
Réforme sur le GNR : Le Gouvernement prend acte de la demande des professionnels de reporter la réforme supprimant l’avantage fiscal sur le GNR, qui doit en principe entrer en vigueur au 1er janvier 2023. A ce stade, les conditions ne sont pas réunies pour ouvrir ce sujet, qui nécessite une loi de finance. Compte-tenu de l’augmentation des prix, le Gouvernement reconnaît toutefois que les conditions de mise en œuvre de cette réforme ne sont plus réunies et qu’il appartiendra au Parlement d’établir un calendrier lors de la prochaine loi de finances. Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
Carte du projet RHYn - 2e projet de réseau de transport d’hydrogène en France Intertas 06.04.22 : Lors de la conférence tri-nationale « Hydrogène vert : projets phares et perspectives dans le Rhin Supérieur » du 5 avril 2022 à Bâle, GRTgaz a annoncé le lancement d’un second projet de conversion de réseau de transport de gaz naturel à l’hydrogène.
Situé en Alsace et baptisé RHYn (Rhine HYdrogen Network), ce projet a pour vocation de favoriser l’écosystème hydrogène du Rhin Supérieur en connectant à horizon 2028 la zone de Dessenheim avec la zone industrielle de Chalampé-Ottmarsheim, ainsi que l’agglomération de Mulhouse pour ses besoins en termes de mobilité.
Dans les phases suivantes, ce réseau pourra s’étendre au sud vers Bâle afin de proposer une alimentation de la zone aéroportuaire et au nord vers Marckolsheim pour desservir ses sites industriels.
Conformément à son engagement en faveur de la transition énergétique, dans un objectif de performance environnementale et économique, GRTgaz prévoit de maximiser la réutilisation des canalisations de gaz naturel existantes : sur une totalité de 100 km de réseau hydrogène, au moins 60 km proviendront de canalisations converties. La canalisation aura la capacité de transporter 125 000 tonnes d’hydrogène par an, l’équivalent de la production de 900 MW d’électrolyse et pourrait permettre la réduction des émissions de carbone jusqu’à 1 million de tonnes de CO2 par an. Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 05.04.22 : Vendredi 1er avril, retenue parmi les 3 finalistes pour les grands prix des "ETI" catégorie "RSE", par BFM Business et la Banque Palatine, Alexandra Mathiolon, la directrice générale du Groupe SERFIM, a présenté la stratégie "RSE" de SERFIM.
Sur le plateau de BFM Business, aux côtés de Guillaume Ruiz, banquier conseil à la Banque Palatine afin d'évoquer SERFIM, la directrice géné­rale du Serfim, qui reprendra la présidence du groupe au 1er janvier 2023, s’implique en première ligne sur les ques­tions RSE, "Pour SERFIM la RSE, ce n’est pas une série de cases à cocher ou un service dans un coin ou encore un outil marketing. C’est une conviction, qui guide notre stratégie et nos actions ! Cliquez-ici pour visionner la video
 
FTTHIntertas 05.04.22 : La journée 'Workshop' du salon FTTH Council Europe , qui se tiendra cette année du 23 au 25 mai 2022 à Vienne (Autriche), est un moment incontournable de l'événement.
Cette journée est organisés par les membres du FTTH Council Europe avec le soutien des membres du conseil d'administration et des présidents des comités. Pas besoin de réserver pour accéder aux 20 ateliers d'experts sur un large éventail de sujets liés à la technologie FTTH et à la fibre, à la réglementation et aux services, qui vous intéressent.
Lundi 23 mai 2022, Marais, Groupe Tesmec organise cette année, avec des partenaires, son workshop dédié aux bonnes pratiques de la pose de réseaux. Dans cet atelier, vous découvrirez : Les méthodes de construction qui nécessitent moins de main-d'œuvre et des coûts réduits  - Les systèmes de conduits qui garantissent des mises à niveau futures sans creuser et sans permis Les approches de fibre soufflée qui offrent des installations de câbles plus longues et plus rapides - Les technologies de câbles optiques qui offrent des performances sans précédent. densité de fibre - Histoires de réussite réelles d'entrepreneurs civils pionniers.
Les intervenants : Vitor Gonçalves, directeur principal du développement commercial, Plumettaz - Matthew Guinan, directeur mondial du marketing des applications, Dura-Line - Ralph Sutehall, ingénieur principal d'installation et d'applications, Prysmian - Thomas Caucigh, PDG, Bautechnik Solutions GmbH  - Thirion Remy, Responsable du Service Etudes, Sogetrel  - Marilyne Cerdan, Responsable des Opérations, Sogetrel 
 
Intertas 05.04.22 : (Communiqué) Après deux années d’absence le Congrès DLR s’est installé à la Cité des Congrès de Nantes, les 31 mars et 1er avril derniers pour tenir sa 57ème édition. Cet événement tant attendu de la profession, lieu d’échanges, de rencontre et de convivialité, a accueilli cette année plus de 700 participants, tous heureux de se retrouver enfin, en présentiel et sans masque.
Ces deux jours ont été l’occasion, pour DLR, de rappeler les grands chantiers en cours et à venir pour la profession et les axes stratégiques de la fédération qui prend cette année un virage en intégrant un nouveau syndicat et construisant, ainsi, une logique de secteur. Faire corps, ensemble, dans la crise comme au quotidien : telle est la devise de la profession pour se tourner vers l’avenir, ses grands défis et ses incertitudes.
Si, comme l’a souligné le philosophe Charles Pépin, l’incertitude est synonyme de liberté et moteur de créativité, la crise géopolitique et économique engendrée par le conflit russo-ukrainien réaffirme la nécessité de se réinventer, de trouver de nouveaux modèles d’approvisionnement, de nouvelles méthodes de travail et des ajustements. Puisque dans tout vivant, il y a un élan vital, des obstacles et contraintes rencontrées par les entreprises devront naître des solutions et de l’innovation pour aborder les grands chantiers du futur. Cliquez-ici pour lire la suite du communiqué
 
Intertas 04.04.22 : Suite à la perte d’un important contrat en novembre 2021 avec l'opérateur ORANGE, SCOPELEC a obtenu du tribunal de commerce de Paris une mesure conservatoire ordonnant à l’opérateur de maintenir le contrat à l’origine de la discorde jusqu’à une audience contradictoire prévue pour le 8 avril.
Spécialisée dans le déploiement et la maintenance de réseaux électriques et de télécommunication, Scopelec, le plus gros groupe coopératif de France créée en 1973, 3.600 salariés et 475 M EUR de C.A. en 2021, a perdu à l'issue d'un appel d'offres, environ 65% de ses contrats de sous-traitance avec le géant des télécoms en novembre 2021, avec prise d'effet jeudi 31 mars 2022.
Scopelec reproche à Orange de ne pas avoir respecté le préavis et de ne pas l'avoir accompagné dans le changement induit par une perte de chiffre d'affaires risquant d'entraîner, selon ses calculs, plus de 2.000 pertes d'emplois, en incluant ses sous-traitants. Malgré de multiples réunions, sous l’égide du comité interministériel de restructuration industrielle, Scopelec et Orange n’ont jamais réussi à s’entendre sur le plan d’accompagnement qui pourrait permettre à la coopérative de traverser les difficultés financières engendrées par la perte de ce contrat historique.
La société a obtenu son placement en procédure de sauvegarde, le 17 mars, pour se mettre à l’abri. Mais SCOPELEC craint de finir en liquidation judiciaire si Orange ne l’aide pas à financer les indemnités de licenciements des techniciens touchés par la perte de chiffre d’affaires. Plus de 1 000 salariés du groupe seraient concernés. Le coût total d’un éventuel plan social est estimé à une cinquantaine de millions d’euros, selon une source proche du dossier.
Orange ne voit aucun fondement juridique qui justifierait une telle aide financière. L’opérateur se dit en revanche prêt à compenser une partie du marché perdu par l’attribution de volumes additionnels temporaires. Le groupe télécoms assure également avoir obtenu un cadre contractuel acceptable, avec reprise d’ancienneté et maintien des conditions salariales pour les techniciens de scopelec qui seraient transférés vers les sous-traitants qui ont gagné le contrat.
 
Intertas 29.03.22 : Aujourd’hui, l’Allemagne compte environ 10000 installations de production de biogaz, qui représentent 5 % de la consommation électrique allemande.
Le biogaz fait partie des énergies renouvelables soutenues en Allemagne par le dispositif dit "loi sur les énergies renouvelables", démarré en 2000.
Comme l’électricité photovoltaïque ou éolienne, l’électricité produite par le biogaz bénéficie de tarifs d’achat avantageux, à l’origine garantis sur vingt ans. Cette politique a vite porté ses fruits : le nombre d’installations a explosé, passant d’un millier en 2000 à plus de 7000 en 2011. Aujourd’hui, l’Allemagne compte environ 10 000 installations de production de biogaz, qui représentent 5 % de la consommation électrique allemande.
Pour information sur la vidéo : L'ouverture de tranchée pour ls pose du PEHD Dn160 a été réalisée par une trancheuse du constructeur Allemand LIBA, type "GM 6 ASR".
Les trancheuses du constructeur Allemand LIBA, sont distribuées en exclusivité en France par LIBA France, dirigé par Jean Luc BARTHET  Tél. : 06 11 09 04 39  E-mail : juanjuan25.b@gmail.com
 
France Hydrogène - Engagée pour la transition écologiqueIntertas 29.03.22 : L'association France Hydrogène nous propose de tout savoir sur l'hydrogène grâce à 64 fiches documentaires à lire ou à télécharger recouvrant tout ce qui concerne l’utilisation de l’hydrogène comme énergie propre et durable.
Regroupées en plusieurs chapitres principaux, ces fiches permettent de traiter l'ensemble de la chaîne de valeur de l'hydrogène de la production à son utilisation avec en plus, des rappels historiques qui permettent de mesurer les avancées. Consultez
Réunissant plus de 400 membres, France Hydrogène fédère les acteurs de la filière française de l’hydrogène structurés sur l’ensemble de la chaîne de valeur : des grands groupes industriels développant des projets d’envergure, des PME-PMI et start-ups innovantes soutenues par des laboratoires et centres de recherche d’excellence, des associations, pôles de compétitivités et des collectivités territoriales mobilisés pour le déploiement de solutions hydrogène.
 
Raccorder les conduites de gazIntertas 28.03.22 : Une étude, réalisée conjointement par GRDF et GRTgaz révèle que les habitants des Pays De La Loire opteraient davantage pour le GazVert dans le cas où il faudrait se passer du gaz traditionnel.
Selon leurs chiffres, quatre Ligériens sur cinq se disent prêts à consommer du gaz issu du biométhane, de l’hydrogène ou encore de GazRenouvelables, et ce dès à présent. Enfin, 83 % d’entre eux estiment qu’il s’agit d’une énergie d’avenir. La région est en effet une grande consommatrice de cette énergie fossile, puisqu’un foyer sur trois se chauffe au gaz, soit environ 35 %, selon cette enquête. Par ailleurs, avec 13 203 km de canalisations, elle possède aussi un réseau de distribution très dense. Dans la région  le gaz vert produit par la filière biométhane ne cesse de se développer. Selon GRTgaz et GRDF, elle compte vingt sites de production de biométhane en service pour une production annuelle de gaz vert de 484 GWh.Soit l’équivalent de la consommation de 90 000 logements ou 1 953 bus roulant au biogaz carburant (BioGNV) pendant un an.
 
Intertas 24.03.22 : Les Canalisateurs ont organisé le 22 mars, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2022, l’événement national « Les Canalisateurs, acAccueilteurs pour la planète ».
Placé sur le thème « Eau et changement climatique : entre urgence et résilience », il a été décliné simultanément dans 16 régions de France métropolitaine par les délégations territoriales1 de l’organisation professionnelle. Il a réuni partout en France 1 400 participants (canalisateurs, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, institutionnels, agences de l’eau, associations, partenaires…). Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 23.03.22 : La FNTP exige une clause de révision de prix pour tous les marchés de travaux, publics comme privés.
Après les annonces du Premier ministre du « plan résilience », la FNTP, à laquelle s’associe Les Canalisateurs, demande des éclaircissements et des compléments. Elle maintient sa vive inquiétude face au contexte de flambée des prix, de difficultés d’approvisionnement et de potentielle paralysie du secteur. La situation des entreprises de Travaux Publics est, en effet, très préoccupante alors que les fournisseurs du secteur soumettent des devis d’une validité de quelques jours, voire d’un seul jour. Comment, dans une telle insécurité économique, élaborer un prix en réponse à un appel d’offre ?  La FNTP renouvelle ses demandes : Cliquez-ici pour lire la suite
 
Thibault Nicollet PDG GroupeNATIntertas 23.03.22 : C'est une nouvelle consécration pour le groupe N.A.T : pour la deuxième fois, l'expert des réseaux se retrouve dans le classement des Champions de la croissance du journal Les Echos, qui récompense les plus belles croissances nationales. Une belle reconnaissance pour la PME fondée par Thibault Nicollet il y a sept ans.
A 31 ans et après des expériences en grands groupes, cet ingénieur ISEN a voulu mettre ses compétences au profit de son propre projet, avec l'ambition initiale de créer un bureau d'études régional portant sur la maîtrise des réseaux. Trois ans à peine après sa création, la PME – d'abord basée à Seclin – affichait déjà un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros pour une quarantaine de salariés. Une croissance rapide qu'il a fallu apprendre à maîtriser. Sécuriser les réseaux et les hommes. Aujourd'hui le groupe N.A.T (pour Nord avenir technologies) compte six entreprises, dont l'ADN est d'anticiper et de gérer les risques lors de travaux réalisés à proximité des réseaux. «Nous sommes l'interface entre les exploitants de réseau, les collectivités et les entreprises, entre le point de production et de consommation», poursuit Thibault Nicollet. Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 23.03.22 : CVE et ENGIE BiOZ ont inauguré à Saint-Antoine-de-Breuilh en Nouvelle-Aquitaine la première unité de méthanisation par injection implantée en Dordogne. Elle permettra de valoriser des matières organiques du territoire, générées dans un rayon maximum de 60 km autour de l’unité.
Le biométhane -énergie verte, locale et stockable sera injecté dans les réseaux de gaz naturel de Nouvelle-Aquitaine. Il produira également un engrais naturel qui sera valorisé pour les besoins de l’agriculture locale.Elle contribue à la valorisation des matières organiques de la région Nouvelle-Aquitaine, en traitant chaque année jusqu’à 20 000 tonnes de déchets provenant des distilleries, des industries agroalimentaires, des industries papetières et des filières agricoles de proximité dans un rayon de 60 km autour de l’unité. Celle-ci a été conçue pour être adaptée au flux et à la typologie des matières issues de son territoire, avec l’installation d’une technologie de digestion par piston, particulièrement adaptée à la valorisation des matières sèches qui composent la majorité des déchets traités par l’unité. Ceux-ci incluent notamment le marc de raisin issu des distilleries du territoire, qui représente 25% de la matière valorisée sur le site. Cliquez-ici pour lire la suite

La méthanisation : un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux. Pour en savoir plus !

 

FNCCR | Partenaires de la CDCIntertas 19.03.22 : (Communiqué) La crise actuelle de l’énergie met en lumière toute l’importance des énergies renouvelables dans le mix-énergétique français. Son impact se traduit pour toutes les énergies, pétrole, gaz et électricité. La filière biogaz, en développement depuis 10 ans, participe déjà à l’indépendance énergétique de la France, avec une capacité installée couvrant 3 % de la consommation de gaz soit l’équivalent de plus de 15 % des importations russes.
À court terme, elle peut être mise davantage à contribution en levant certaines contraintes administratives dans un contexte où les coûts du biogaz sont désormais inférieurs au prix de marché du gaz naturel.
De manière générale, le potentiel des gaz renouvelables doit être pleinement mobilisé dans le cadre de la stratégie énergie-climat, en cours de révision, au bénéfice de l’indépendance énergétique, du développement économique, des territoires et du climat.
Selon plusieurs études, le potentiel de ressources, allié à une politique d’économie d’énergie permettrait de produire localement la totalité des besoins de gaz en tenant compte des usages liées à la mobilité, le bioGNV. Pour parvenir à 100 % de gaz renouvelable en 2050, quatre filières sont privilégiées : – La méthanisation à partir de déchets organiques, une technologie déjà mature ; – La pyrogazéification à partir de biomasse, de déchets dont les déchets de bois et les combustibles solides de récupération ; – La gazéification hydrothermale de biomasse humide ; – La méthanation d’hydrogène avec le CO2 des méthanisations ou des industriels (power-to-gas). Cliquez-ici pour lire la suite

La méthanisation : un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux. Pour en savoir plus !

 
Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur : Jean-Baptiste Djebbari signe le  protocole de financement - TPBMIntertas 17.03.22 : (Communiqué) À l’occasion de sa visite à Nice le 15 mars 2022, Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué chargé des Transports, a signé le protocole de financement du réseau ferroviaire Haute Performance Marseille – Vintimille (HPMV).
Confirmant ainsi les engagements pris par le Président de la République le 2 septembre 2021 lors de sa venue à Marseille, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé un investissement exceptionnel de 100M€ de l’Etat s’inscrivant dans la dynamique de France 2030 et de la stratégie d’accélération pour la Digitalisation et décarbonation des Mobilités. Cet investissement va permettre de lancer le 1er lot de ce projet dès cette année. Le projet représente un investissement total pour SNCF et l’Etat de plus de 600M€ jusqu’en 2030, auquel l’Union européenne devrait également contribuer. Ce financement fait suite aux études préparatoires financées par l’Etat à hauteur de 15M€ fin 2020. Le projet HPMV vise à faire de cet axe ferroviaire aujourd’hui partiellement saturé le démonstrateur français de digitalisation complète du réseau ferroviaire, et une vitrine de l’innovation technologique du système ferroviaire européen du futur. La ligne ferroviaire entre Marseille et Vintimille, longue de 259 kilomètres, dessert quatre millions de Provençaux et d’Azuréens vivant dans les trois métropoles littorales qui comptent parmi les 15 plus grandes agglomérations de France. Cliquez-ici pour lire la suite
 
Pierre-Bénite (69): Station d’épurationIntertas 17.03.22 : Le conseil de la Métropole de Lyon a voté le 14 mars 2022 une délibération portant sur des études relatives à la réalisation d’un méthaniseur à la station d’épuration de Pierre-Bénite.
Ce projet de méthaniseur permettra d’augmenter l’autonomie énergétique du territoire métropolitain, tout en produisant de l’énergie renouvelable et donc d’améliorer le bilan du territoire en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Ce futur équipement qui devrait permettre de méthaniser les 12 000 tonnes de boues issues de l’épuration des eaux usées et produire 48GWh/an de biogaz, ce qui permettrait d’alimenter 190 bus ou bennes à ordures ménagères, ou bien de chauffer 8000 logements pendant un an. Par ailleurs, le projet prévoit également de valoriser le digestat issu de la méthanisation, "en privilégiant un retour au sol de cette manière riche en azote, qui se substituera aux engrais de synthèse".
 
Intertas 15.03.22 : Le premier ministre Jean Castex a signé,  lundi 14 mars 2022 à Toulouse, le plan de financement du Grand Projet du Sud-Ouest qui permettra de lancer les travaux de la LGV Toulouse-Bordeaux.
Après de nombreuses promesses, de nombreuses oppositions et de nombreuses turpitudes, le financement de la ligne de train à grande vitesse Bordeaux-Toulouse a finalement été signé. Une étape importante après la publication, le 2 mars 2022, de l’ordonnance de création de la "Société du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO)", l'établissement public centralisant les financements des collectivités territoriales et bénéficiera également de ressources fiscales dédiées, notamment une Taxe Spéciale d’Équipement (TSE) votée pour 2022 à la demande des Collectivités. Le coût de la LGV est évalué à 14,3 milliards d'euros..... Cliquez-ici pour lire la suite
 
Intertas 14.03.22 : Face à Bruno Le Maire, la Fédération Nationale des Travaux Publics a exprimé l’extrême inquiétude des entreprises du secteur, confrontée à l’envolée continue du prix des carburants et des matières premières. Cette situation est en train de déstabiliser l’activité et nécessite des mesures d’urgence.
La crise ukrainienne a, en quelques jours, déstabilisé les entreprises de Travaux Publics qui font face à l’hyper inflation du prix des carburants et des matières premières, et commencent à subir des difficultés d’approvisionnement. La rencontre entre le ministre de l’Économie, ce jour en visio conférence, et les représentants du secteur du B-TP, a permis à la FNTP de souligner les difficultés des entreprises de Travaux Publics : + 30 % en une semaine pour le GNR et + 14 % pour le gazole, l’acier, la chaux, le plastique ; Devis des fournisseurs valables désormais de quelques jours à quelques heures ; Rationnement des volumes…
Cette situation, si elle perdure et si rien n’est fait, risque d’entraîner l’inexécution de travaux faute de matières premières, le travail à perte des entreprises dans l’impossibilité de répercuter la hausse des coûts, l’incapacité à répondre aux appels d’offres sans aucune visibilité sur les prix. La FNTP appelle à des mesures immédiates afin d’éviter les défaillances d’entreprises. Elle considère que le secteur des Travaux Publics doit être intégré dans le plan de résilience en préparation par le Gouvernement.
La FNTP a rappelé à Bruno Le Maire ses demandes : Gel de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et blocage des prix de l’énergie et des carburants par décret, comme en 1990 lors de la guerre du Golfe. Adoption d’une mesure d’ordre public obligeant, dans les marchés publics comme privés, à une renégociation des contrats et marchés en cours, lorsque leur exécution est rendue excessivement onéreuse du fait des circonstances. Recours aux « circonstances exceptionnelles » permettant la prolongation des délais de réalisation des marchés et l’absence de pénalités de retard, à l’instar des ordonnances COVID. Remboursement différé ou allongement de la durée de remboursement des PGE sans baisse de notation bancaire. Prise en charge intégrale de l’activité partielle, en cas d’impossibilité d’exécuter les chantiers.
Pour Bruno Cavagné, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics : en quelques jours, la situation des entreprises de Travaux Publics est devenue extrêmement préoccupante avec un vrai risque de paralysie de l’activité. Bruno Le Maire s’est engagé à apporter des réponses à nos demandes d’ici le milieu de semaine prochaine. Il y a urgence !.
 
Syndicat des énergies renouvelablesIntertas 14.03.22 : (Communiqué) Signature du « Pacte éolien en mer » entre l’Etat et la filière.
Des engagements inédits ont été signés entre l'Etat et la filière, pour réussir la transition énergétique tout en assurant la sécurité énergétique et le développement des capacités industrielles de la France, afin d’accélérer le développement de l’éolien en mer tout en maximisant ses retombées positives en termes de création d’emplois et de valeur ajoutée sur le territoire, l’Etat et la filière s’engagent mutuellement à travers la signature, ce jour, d’un Pacte pour l’éolien en mer, qui détermine une trajectoire de développement à moyen et long termes. Cette démarche concrétise la combinaison d’une politique industrielle et d’une politique de transition énergétique pour réussir la transformation du modèle économique de notre pays en faveur des énergies renouvelables. Cliquez-ici pour lire la suite
 
preventionBTPIntertas 12.03.22 : Le protocole sanitaire en entreprise cesse de s’appliquer à partir du 14 mars. En conséquence de ces mesures gouvernementales, l’application du guide de préconisations pour assurer la sécurité sanitaire sur les chantiers du BTP est suspendue au 14 mars.
L’OPPBTP publiera d’ici peu un document de recommandations post-covid et invite les entreprises du secteur à rester prudentes et à continuer à appliquer des règles d’hygiène, comme le lavage des mains, le nettoyage des surfaces et l’aération des locaux. Cliquez-ici pour en savoir plus
 
Intertas 11.03.22 : Le salon Ville Sans Tranchée (VST) consacré aux techniques de travaux sans tranchée, se tiendra sur 2 jours les 31 mai et 1er juin 2022 au parc Floral de Paris (Paris 12).
Organisée, tous les deux ans, par France Sans Tranchée Technologies (FSTT), le salon Ville Sans Tranchée est destiné en priorité à sensibiliser les donneurs d’ordre, Maîtres d’ouvrage et Maîtres d’oeuvre à ces techniques trop souvent méconnues.
Le salon VST, rendez-vous incontournable des professionnels du "Sans Tranchée", accueillera, sur un espace intérieur de 5 000m2 et un espace extérieur de 2 000 m2, une centaine d’exposants, entreprises françaises et internationales. Près de 3000 visiteurs sont attendus sur l’édition 2022 durant les 2 jours, qui seront ponctués de : conférences, débats, ateliers, tables rondes… démonstrations en « live » et présentations intérieures et extérieures de matériels et produits et d’événements comme les 9èmes Trophées du sans tranchée qui récompensent les meilleures initiatives de travaux en techniques sans tranchée remis lors de la soirée de Gala.
 
Intertas 11.03.22 : InfraNum publie "trente propositions pour une France connectée et durable" avec pour ambition de tracer les enjeux de notre filière pour le quinquennat à venir :
- Rester mobilisés pour généraliser la fibre optique d’ici 2025 sur tout le territoire français et veiller à la pérennité des infrastructures numériques ;
- Conserver l’avance qui distingue notre pays à l’échelle européenne, et capitaliser sur les opportunités offertes par les infrastructures numériques pour améliorer la compétitivité de notre pays et relever le défi de la transition environnementale ;
- Renforcer l’accompagnement à l’export de la filière en Europe et permettre aux entreprises de jouer un rôle clé dans la transformation numérique et durable du continent africain en facilitant l’accès aux financements publics français et européens.
Cliquez-ici pour télécharger les trente propositions pour une France connectée et durable
 

La méthanisation : un nouveau débouché pour les entreprises de pose de réseaux. Pour en savoir plus !

Intertas 09.03.22 : Le contexte international et la guerre en Ukraine laissent planer des inquiétudes sur la dépendance au gaz. Alors que les prix de l'énergie flambent, le biométhane est présenté de plus en plus comme la solution écologique au gaz venu de l'étranger.
En France, la méthanisation est reconnue comme une alternative viable à  notre dépendance énergétique. Exemple : en Gironde, le développement du biométhane est en cours, et l'autonomie énergétique visée d'ici 2050. En région Auvergne Rhône-Alpes, GrDF compte plus de 30 méthaniseurs en service.
Fin octobre 2021, Intertas.fr avait entrepris une démarche pour fédérer quelques sociétés spécialisées dans la pose des réseaux souterrains.
A la demande d'intertas.fr, un espace spécifique "Installation du réseau de distribution gaz", a été créé au salon BIOGAZ à Bordeaux. Intertas.fr est partenaire presse et partenaire dans l'organisation de cet espace spécifique. L'organisateur accorde une remise exceptionnelle à tous les exposants inscrits au salon par Intertas.fr. Pour en savoir plus !
 
Intertas 08.03.22 : La Fédération Nationale des Travaux Publics annonce le lancement de sa série documentaire inédite « Wonderworld ». Par cette série grand public, la FNTP souhaite encourager une nouvelle génération en quête de sens à rejoindre son secteur.
Chaque épisode propose un regard inédit sur un ouvrage emblématique des Travaux Publics français à travers le monde, mettant en lumière celles et ceux qui contribuent à leur réalisation. Par la construction de routes, de ponts, de tunnels et autres grands ouvrages, les Travaux Publics façonnent le monde et facilitent le quotidien de chacun. Ils sont à la croisée d’enjeux stratégiques et essentiels pour la société : performance économique, transition écologique et progrès. L'objectif est de faire découvrir, notamment aux plus jeunes, ce secteur stratégique à la grande diversité de métiers, et inviter une nouvelle génération à rejoindre un secteur qui leur promet un métier utile aux autres et la perspective d’une vie professionnelle passionnante. Cliquez-ici pour consulter la série
 
signature contrat concession CUD GRDFIntertas 07.03.22 : (Communiqué) La Communauté Urbaine de Dunkerque et GRDF signent un nouveau contrat de concession.
Ce contrat s’adapte aux enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique et de l’amélioration de la qualité de l’air. La CUD et GRDF poursuivront leurs engagements communs pour accompagner l’essor des gaz renouvelables, le développement de la mobilité durable et la décarbonation des usages. Deux premiers sites de méthanisation entreront en service à Dunkerque (Daudruy) en 2022 et à Bourbourg (Flandre Biogaz) en 2023. Ces sites permettront de produire localement du gaz vert issu de la valorisation de déchets organiques. Rappelons que la CUD a été pionnière dans le domaine de l’hydrogène avec l’expérimentation réussie GRHYD, qui a permis de tester l’injection d’hydrogène dans les réseaux gaz. Elle ambitionne aujourd’hui de devenir un Hub « CO2 et Hydrogène » afin de créer un véritable écosystème autour de l’hydrogène et de la valorisation du CO2. Le contrat négocié par les deux parties comprend des engagements significatifs de GRDF sur ce volet : démonstrateurs de réseau de distribution 100 % H2 et réflexion autour du power-to-gas (procédé qui convertit l’hydrogène généré par les excédents d’électricité renouvelables en gaz injectable dans les réseaux de distribution). Cliquez-ici pour lire le communiqué
 
SNCF Réseau (aller à l'accueil).Intertas 06.03.22 : SNCF Réseau et ses partenaires portent un projet de modernisation de la voie ferrée de la vallée de l'Arve pour lutter contre la pollution et pour faciliter vos déplacements au quotidien, dans la vallée, en Haute-Savoie et vers Genève.
SNCF Réseau et ses partenaires ont décidé de mettre en oeuvre le programme suivant pour atteindre les objectifs fixés :  remplacement des systèmes de sécurité existants par des systèmes informatisés - remplacement des systèmes de télécommunication par un système numérique - augmentation de la puissance des installations électriques pour permettre la circulation de plus de trains - allongement de certaines voies en gare, création d'une voie et d'un quai à La Roche-sur-Foron, création de souterrains ou passerelles pour traverser les voies en gare.
 
Intertas 05.03.22 : Pour SNCF Réseau, l’intégration de Leyfa Measurement est un atout stratégique pour mener à bien son ambitieux plan de régénération et de modernisation du réseau ferré national.
Le 17 décembre, SNCF Réseau a acquis 74,22% du capital de la société Leyfa Measurement, qui devient ainsi l’une de ses filiales.
L’intégration de Leyfa Measurement, partenaire historique depuis une dizaine d’années, est pour SNCF Réseau un atout stratégique pour mener à bien son ambitieux plan de régénération et de modernisation du réseau ferré national. La présidence de la nouvelle filiale est confiée à Thomas Joindot, Directeur technique de SNCF Réseau. Alban Leymarie, co-fondateur de Leyfa Measurement, continue d’assurer la direction générale de l’entreprise.
Concrètement, la filialisation va fluidifier la préparation et faciliter le déroulement des grands chantiers de renouvellement et de maintenance du réseau, tout en optimisant les coûts de production, pour in fine améliorer la qualité de service aux clients. Désormais, chaque chantier industriel de renouvellement de voie et de ballast intègrera les activités de Leyfa Measurement afin de garantir un même niveau qualitatif de réalisation sur l’ensemble du réseau.
Leyfa Measurement poursuivra ses activités de Recherche & Développement, et continuera d’intervenir pour le compte des acteurs de la mobilité en France et à l’international (réseaux de transport urbains et secondaires).
 
SUITE DES ACTUALITES GENERALES 2022
 

Consultez toutes les actualités de la profession par thème